Déclaration déontologique

Rigueur, probité et équité

Responsabilités et règles d’éthique de l’évaluation par les pairs aux Cahiers de géographie du Québec

Les Cahiers de géographie du Québec souscrivent pleinement aux principes de l’évaluation par les pairs. Au sein de notre revue, la responsabilité de cette évaluation est partagée par la rédaction, le comité de rédaction et par les spécialistes qui offrent ponctuellement leur collaboration à la revue1. Ce partage des responsabilités est pratiqué de la manière suivante :

  • Tout manuscrit soumis aux Cahiers de géographie du Québec dans le but d’être publié sous forme d’article est évalué par des experts reconnus qui sont sélectionnés au sein de la communauté scientifique internationale. Cette évaluation respecte un anonymat complet. Ainsi, le nom de l’auteur du manuscrit n’est pas révélé aux examinateurs (c’est-à-dire les experts consultés) qui doivent en faire évaluation. De même, l’auteur n’est pas informé du nom des examinateurs qui évaluent son manuscrit. Le choix des examinateurs est la responsabilité de la rédaction qui agit sous la supervision du comité de la rédaction de la revue.
  • L’évaluation de tout manuscrit destiné à une rubrique mise en ligne de la revue (Études bibliographiques; Comptes rendus; Cartes et atlas; Chroniques; Correspondances) relève de la responsabilité du comité de rédaction.

Aux yeux des Cahiers de géographie du Québec, le processus d’évaluation par les pairs offre les meilleures conditions pour une juste appréciation de la valeur scientifique des manuscrits qui leur sont soumis. Pour être satisfaisant, un tel processus doit compter sur la compétence, l’intégrité et le dévouement de tous ceux qui y prennent part. C’est pourquoi les examinateurs et les membres du comité de rédaction des Cahiers de géographie du Québec s’engagent à respecter les règles d’éthique suivantes2 :

  • Le mandat des examinateurs et des membres du comité de rédaction est individuel et non institutionnel.

  • Les examinateurs et les membres du comité de rédaction exercent leurs fonctions en toute indépendance, sans agir en promoteurs d’intérêts ou de milieux particuliers.

  • Les examinateurs et les membres du comité de rédaction sont tenus à une stricte confidentialité; ils doivent faire preuve d’une discrétion absolue dans l’exercice de leurs fonctions; ils ne doivent en aucun cas révéler l’origine et le contenu des manuscrits, le nom des examinateurs et la nature des délibérations relatives à l’évaluation. Seule la rédaction est autorisée à communiquer les résultats de l’évaluation aux auteurs.

  • Les examinateurs et les membres du comité de rédaction doivent respecter la propriété intellectuelle des auteurs dont ils évaluent les manuscrits. En aucun cas ils ne peuvent utiliser ou transmettre à quiconque les manuscrits qu’ils évaluent, de même qu’ils ne peuvent s’approprier les résultats de recherche que ceux-ci contiennent.

  • Les examinateurs et les membres du comité de rédaction qui ont un intérêt quelconque, direct ou indirect, à ce qu’une décision favorable ou défavorable soit rendue concernant l’évaluation ou la publication d’un manuscrit sont en conflit d’intérêts et ne peuvent participer au processus d’évaluation de ce dernier.

  • Les examinateurs et les membres du comité de rédaction qui sont ou qui croient être en relation personnelle ou professionnelle avec l’auteur d’un manuscrit sont en conflit d’intérêts et ne peuvent participer au processus d’évaluation de ce dernier. Plus spécifiquement, un conflit d’intérêts à caractère professionnel existe si l’auteur et l’évaluateur (examinateur ou membre du comité de rédaction) sont rattachés au même département universitaire, au même laboratoire ou au même centre de recherche; ou s’ils ont collaboré au sein de la même équipe de recherche au cours des cinq dernières années. Il y a aussi conflit d’intérêts si l’un a dirigé ou co-dirigé la thèse de l’autre.


Notes

1 Pour en savoir plus sur l’organisation et le fonctionnement de la revue, de même que sur sa politique générale d’évaluation des manuscrits, voir le document Cahiers de géographie du Québec. Revue internationale de géographie humaine, publié dans le numéro 139 (volume 50, pp. 9-13).

2 Ces règles correspondent à celles établies par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture. Nous les reprenons ici en les adaptant aux conditions plus spécifiques de l’édition savante. Source : Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (2004) Compendium du processus d’évaluation par les pairs, pp. 4-5. Les Cahiers de géographie du Québec adhèrent à ces règles d’éthique depuis plusieurs années. Nous les rendons maintenant publiques afin de montrer aux lecteurs et aux auteurs l’importance que nous accordons à cette question.

Bonjour